vendredi 14 mars 2008

Petit Nicolas - Deuil


Susan Lordi, Willow Tree, New Life WT26029


Susan Lordi, Willow Tree, Angel's Embrace WT26084
Hier, il est arrivé quelque chose de drôle.
J'avais laissé un message sur le Forum Scrapbook Café et une femme (Goudem) m'a laissé ce message privé:
"Bonjour Marie-Josée, Suite à ton tutorial, je suis allée me "promener" sur ton blog. Quelle surprise, j'ai eue: http://alapause.blogspot.com/search/label/Autisme" Eh oui, je suis la maman de Nicolas, Encore merci pour cette si belle carte, Linda, maman du plus magnifique petit ange Nicolas xxx " Vers l'infini et plus loin encore !!! "

Vous vous souvenez que j'avais écrit un message, en décembre, au sujet du décès du Petit Nicolas... Eh bien, c'est sa mère qui m'a reconnue sur mon blog... Une coïncidence, n'est-ce pas? Mais parfois les coïncidences n'en sont pas vraiment, j'en suis persuadée. Peut-être est-ce un clin d'oeil du ciel...
Elle m'a envoyé un si beau texte sur le deuil. Le voici.
" J'aimerais que vous n'ayez pas de réserve à prononcer le prénom de Nicolas, à me parler de lui. Il a vécu ici-bas, et vit toujours en nous, avec nous mais d’une autre manière; il est important pour nous et pour toujours. J'ai besoin d'entendre son prénom et de parler de lui. Alors, ne détournez pas la conversation. Cela me serait si doux et me ferait sentir sa mystérieuse présence.

Si je suis émue, que les larmes inondent mon visage quand vous l'évoquez, soyez sûrs que ce n'est pas parce que vous m'avez fait de la peine. C'est son départ qui me fait pleurer, pas vous. IL ME MANQUE!! Merci à vous qui me permettez de pleurer, car chaque fois, mon cœur vibre pour lui.

J'aimerais que vous n'essayiez pas d'oublier Nicolas, mon p’tit homme, d'en effacer le souvenir chez vous, en éliminant ses photos par exemple, ou ses traces.... Pour moi, ce serait le perdre une deuxième fois !

Être un parent en deuil n'est pas contagieux. Ne vous éloignez pas de moi.

J'aimerais que vous sachiez que la perte d'un enfant est différente des autres pertes. Ne la comparez pas à la perte d'un parent, d'un conjoint ou d'un animal. Ne croyez pas me consoler en me disant qu'heureusement il n'était pas mon seul enfant. Il est unique et irremplaçable.

Ne comptez pas que dans un an, deux ans, dix ans... je serai "guérie". Je ne serai jamais ni ex-mère de mon enfant décédé, ni guérie de son absence. Je tenterai seulement d'apprendre à survivre, malgré ou avec son absence.

J'aurai des hauts et des bas. Ne croyez pas trop vite que mon deuil est fini. Le seul moyen de traverser le deuil, c'est de le vivre. Il me faut juste accepter de souffrir.

J'espère que vous admettrez mes réactions dans ce deuil. Peut-être vais-je prendre, ou perdre, du poids, dormir comme une marmotte ou devenir insomniaque. Le deuil rend VULNERABLE, sujet aux maladies et aux accidents.

Sachez aussi que tout ce que je fais et que vous trouvez un peu bizarre est tout à fait normal. Pendant un deuil, la dépression, la colère, la culpabilité, la frustration, le désespoir et la remise en question sont des étapes inévitables dans le deuil d'un enfant. Essayez de m'accepter dans l'état où je suis en ce moment, sans vous en froisser.

J'aimerais que vous compreniez que le deuil TRANSFORME une personne. Je ne suis plus celle que j'étais "avant" et ne le serai plus jamais. Si vous attendez que je redevienne comme avant, vous serez toujours déçu. Je suis désormais une nouvelle personne, avec de nouvelles valeurs, de nouveaux rêves, de nouvelles aspirations et de nouvelles croyances. Je vous en prie, efforcez-vous de refaire connaissance avec moi ; peut-être m'apprécierez-vous de nouveau, telle que je suis désormais.

Le jour de l'anniversaire de Nicolas et celui de son décès sont très difficiles à vivre pour moi, de même que les autres fêtes et les vacances. J'aimerais qu'en ces occasions vous puissiez me dire que vous pensez à lui. Quand je suis tranquille et réservée, sachez que, souvent, je pense à lui. Alors, ne vous efforcez pas de me divertir, pour me changer les idées."
Merci, belle Linda, de m'avoir permis de mettre ton texte sur mon blog. C'est un touchant témoignage. Hier, j'ai pleuré à chaudes larmes en le lisant. Un bon 20 minutes, devant la souffrance humaine... J'ai eu de gros soupirs pendant deux heures, par la suite... Peut-être sera-t-il utile pour quelqu'un qui vit une période difficile de sa vie, une tempête...
x x x Beaux becs,
Marie-Josée


1 commentaire:

vie212 a dit...

Bonjour Linda,
C'est Sylvie. oh que tu es forte ma Linda. Je veux juste de dire que de continer à vivre avec ta philosophie de la vie peut importe si elle a changée avec le décès de Nicolas. On ne se voit plus depuis longtemps maintenant mais les années intensives passées à tes côtés m'ont appris que tu es une femme merveilleuse et je ne doute pas un instant de la mère merveilleuse. Je t'aime beaucoup et je serai là pour toi

==========================================================